Isolation thermique : avantages, techniques et aides financières

Image
Isolation thermique
13 minutes  de lecture
Auteur Ariane Dumont Auteur : Ariane Dumont

Dans les maisons anciennes, une mauvaise isolation est la cause de nombreuses fuites thermiques. Avec la chaleur qui s’échappe par votre toit, vos murs ou encore vos fenêtres, vous voyez vos factures d’énergie gonfler. Refaire l’isolation de votre logement permet donc d’économiser et de gagner en confort. Bonne nouvelle : les travaux d’isolation sont éligibles à plusieurs aides financières, quels que soient vos revenus.

Quels sont les différents travaux d’isolation ?

L’isolation thermique, c’est l’ensemble des procédés qui limitent les transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur d’un bâtiment. Lorsqu’un bâtiment est particulièrement mal isolé, on parle de passoire thermique : c’est une construction pleine de fuites thermiques.

D’après l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, les pertes de chaleur liées à une mauvaise isolation se font principalement au niveau de la toiture (30%) et des murs (25%). Mais vos fenêtres, portes et sols laissent aussi s’échapper de l’énergie, rendant essentiels les travaux d’isolation d’un logement.

Image
Schéma isolation

Isolation de la toiture

Le toit est donc la principale source de pertes de chaleur dans une maison mal isolée. Il existe plusieurs types d’isolation de la toiture en fonction du type de toit (toiture-terrasse, toiture inclinée) et de combles (aménagés ou perdus) :

  • L’isolation par l’intérieur, qui consiste à poser l’isolant entre les chevrons, sous la toiture
  • L’isolation par l’extérieur, ou sarking, qui consiste à retirer la couverture pour isoler au-dessus de la charpente
  • L’isolation du sol du grenier, si les combles ne sont pas aménagés
Attention

Si votre maison a une toiture plate (qu’on appelle aussi toiture froide), il ne faut pas l’isoler par l’intérieur. Vous risquez d’importants problèmes d’humidité.

Ensuite, on distingue plusieurs techniques d’isolation du toit :

  • Le soufflage : c’est la technique d’isolation des combles la plus fréquente. Elle consiste à insuffler l’isolant sous le toit à l’aide d’une machine à souffler
  • L’isolation par rouleaux : on emploie des rouleaux isolants, souvent composés de laine de verre ou de laine de roche, ou bien de matériaux plus écologiques comme la laine de mouton
  • L’isolation par panneaux : ces panneaux isolants rigides sont composés d’isolants synthétiques, souvent du polyuréthane. Ils conviennent à presque toutes les techniques d’isolation de la toiture
  • L’épandage : c’est une technique d’isolation qui consiste à répartir de l’isolant en vrac manuellement, en l’égalisant avec un râteau
  • Le sarking : c’est l’isolation par l’extérieur, qui consiste à poser de l’isolant sous forme de panneaux entre les chevrons de la charpente

En fonction de la technique choisie, les matériaux sélectionnés pour l’isolation d’une toiture varient. En effet, tous les matériaux isolants ne conviennent pas à l’ensemble de ces techniques.

Isolation des murs

Après la toiture, les murs sont le deuxième responsable des fuites thermiques d’une maison. Il existe deux techniques d’isolation des murs :

Isolation des murs par l’extérieur (ITE)

L’isolation des murs par l’extérieur consiste à placer les matériaux isolants sur la paroi extérieure du bâtiment. On distingue trois types d’isolation par l’extérieur :

  • L’isolation sous enduit
  • L’isolation sous bardage
  • L’isolation en vêture

L’isolation sous enduit consiste à fixer des panneaux isolants au mur d’origine, soit par collage soit par vissage. On les recouvre ensuite d’un treillis, puis d’un enduit de finition.

La technique de l’isolation sous bardage consiste à fixer l’isolant à la façade, entre des montants en bois. On protège ensuite le tout avec un pare-pluie avant de poser un bardage extérieur.

Enfin, l’isolation en vêture est un ensemble composé d’un isolant thermique et d’une plaque de parement. L’ensemble est posé en même temps sur le mur extérieur et fixé mécaniquement. La pose en vêtage se rapproche de celle du bardage ventilé, mais se fait sans lame d’air et sans ossature. Le vêtage offre ainsi des avantages à la fois esthétiques et techniques, comme le bardage.

L’isolation des murs par l’extérieur permet notamment de ne pas modifier la surface habitable, contrairement à l’isolation par l’intérieur. Cependant, elle ne permet pas de conserver l’aspect des façades, raison pour laquelle elle est souvent refusée dans le cadre de la protection des monuments historiques ou des bâtiments qui présentent un intérêt patrimonial.

Isolation des murs par l’intérieur (ITI)

L’isolation des murs par l’intérieur consiste, comme son nom l’indique, à isoler les murs d’une maison depuis l’intérieur, et non au niveau de la façade extérieure. Ainsi, l’ITI permet de préserver l’aspect extérieur des murs, mais elle réduit la surface habitable et est plus contraignante, notamment si vous voulez continuer d’occuper votre maison pendant les travaux.

Là aussi, on distingue plusieurs techniques d’isolation :

  • L’isolation sous ossature métallique
  • L’isolation par doublage collé
  • L’isolation par lame d’air

L’isolation des murs sous ossature métallique consiste à placer l’isolant contre le mur avant de le maintenir avec une ossature sur laquelle on fixe une plaque de finition, généralement en plâtre. La plupart du temps, on utilise de l’isolant en rouleaux ou en panneaux semi-rigides.

L’isolation par doublage collé est la plus utilisée dans l’habitat neuf. Elle consiste à coller sur le mur un panneau de doublage, composé d’un isolant et d’une plaque de finition.

Enfin, l’isolation des murs par lame d’air consiste à fixer des panneaux isolants rigides sur des tasseaux pour créer une lame d’air entre l’isolant et le mur. Cette lame d’air permet de maintenir l’équilibre hydrique du mur, ce qui est nécessaire si le mur est poreux ou particulièrement exposé aux intempéries.

Image
Isolation fenêtres

Isolation des menuiseries

On parle de menuiseries pour désigner les portes et fenêtres de votre maison. Ces éléments sont parfois d’importantes sources de déperditions énergétiques et peuvent représenter 10% des fuites thermiques de votre logement.

Pour atteindre une isolation optimale, il est donc nécessaire de revoir l’isolation de vos menuiseries, notamment celle des fenêtres, mais aussi le cas échéant de la porte d’entrée ou de la porte du garage.

La méthode d’isolation des fenêtres et portes la plus efficace, c’est de les changer ! En effet, la mauvaise isolation des menuiseries peut avoir plusieurs origines :

  • Les parois vitrées
  • Des ponts thermiques au niveau des points de jonction entre les murs et le châssis
  • Des soucis d’étanchéité

Pour pallier tout cela, remplacer les fenêtres est donc la meilleure solution. Pour une meilleure isolation, on choisit en rénovation des fenêtres à double ou triple vitrage. Entre chaque paroi vitrée, une lame d’air joue le rôle d’isolant thermique.

Il convient aussi de prêter attention au matériau des fenêtres choisies, le PVC ou le mix bois/aluminium ayant une meilleure résistance thermique que l’aluminium ou le bois seul.

Toutes les fenêtres possèdent des caractéristiques permettant de juger de la qualité de leur isolation thermique : ce sont le coefficient de transmission thermique (Uw) et le facteur de transmission solaire (Sw).

Le coefficient Uw permet de mesurer les performances thermiques d’une fenêtre. Il s’exprime en watt par mètre carré kelvin (W/m²K). Plus cet indice est bas, plus la fenêtre a des performances élevées. Aujourd’hui, on conseille des menuiseries avec un indice de 1,3 W/m²K ou moins.

Cet indice prend en compte deux autres coefficients :

  • La performance thermique du cadre de la fenêtre, qui dépend des propriétés de son matériau
  • La performance thermique du vitrage (simple, double ou triple)

Le facteur de transmission solaire, lui, permet de quantifier l’énergie du soleil que le vitrage laisse passer. Il permet de savoir la lumière mais aussi la chaleur qui passe par vos vitres. Ce coefficient peut aller de 0 à 1, représentant un pourcentage. Plus il est élevé, mieux c’est !

Pour ce qui est de l’isolation de votre porte d’entrée ou de votre porte de garage, il faut aussi prêter attention au matériau de la porte et à son coefficient de transmission thermique. Comme les fenêtres, ces portes peuvent être responsables de fuites de chaleur, particulièrement au niveau du seuil ou du cadre.

Isolation du sol

Comme les menuiseries, les planchers bas d’une maison peuvent représenter 10% de ses déperditions de chaleur. La mauvaise isolation des sols est aussi une source d’inconfort, avec une sensation de froid au niveau des pieds.

Pour isoler des sols, il existe deux méthodes principales :

  • L’isolation par le dessus
  • L’isolation par le dessous

L’isolation par le dessous est privilégiée s’il existe un sous-sol ou un vide sanitaire. Si vous avez une cave, on pose l’isolant sur son plafond pour ne pas toucher au plancher à l’étage. Si votre maison n’a pas de cave, il faudra retirer le revêtement du sol pour poser l’isolant avant de refaire un revêtement de plancher.

Notez qu’il est aussi possible d’isoler entre les éléments de structure du plancher, par l’intérieur. Il s’agit cependant d’une technique plus rare.

Quels sont les bénéfices d’une bonne isolation thermique ?

L’isolation d’un logement est la première étape d’une rénovation. Il ne sert à rien de revoir votre système de chauffage si votre mauvaise isolation laisse fuir toute la chaleur vers l’extérieur. Surtout, l’isolation a de nombreux avantages qui en font un excellent investissement.

1. Vous gagnez en confort 🛋️

Vous l’avez compris : une mauvaise isolation thermique est responsable de pertes de chaleur dans votre logement. Au quotidien, c’est un confort inférieur. En revoyant l’isolation de votre maison, vous mettez un terme aux courants d’air et aux sensations de froid en hiver. Vous aurez aussi moins chaud en été. De quoi vous sentir mieux chez vous !

2. Vous économisez de l’argent 💰

L’autre avantage important d’une bonne isolation est économique. En améliorant votre isolation, vous réduisez les déperditions énergétiques. Cela vous permet de moins utiliser le chauffage en hiver et la climatisation en été, puisqu’il y a moins de transferts thermiques entre l’extérieur et l’intérieur de votre maison.

Et ainsi, vous faites des économies d’énergie ! On considère qu’une rénovation de l’isolation d’une maison représente environ 30% d’économies sur vos factures d’énergie.

3. Vous faites une plus-value immobilière 📈

Une maison bien isolée possède une étiquette énergétique supérieure. Aujourd’hui, c’est un vrai argument de vente et cela fait prendre de la valeur à votre bien immobilier. Avec l’interdiction à la location des passoires thermiques, c’est même plus vrai que jamais !

4. Vous faites un geste pour la planète 🌍

Revoir l’isolation de sa maison est aussi un geste écologique. Vous évitez de gaspiller de l’énergie en chauffant plus que nécessaire et réduisez votre consommation de CO2. Et ainsi, vous diminuez l’impact environnemental de votre maison.

Icône isolation mur
Isolez votre maison avec isglö !

Quelle isolation choisir ?

Comment savoir par où commencer l’isolation de votre maison ?

25% de fuites thermiques au niveau du toit, 20% au niveau des murs… Ces quelques chiffres montrent bien à quel point des travaux d’isolation, surtout s’ils sont bien ciblés, peuvent réduire la consommation d’énergie d’une maison.

Cependant, chaque maison a ses caractéristiques et ses déperditions énergétiques propres. En d’autres termes, cela ne veut pas dire qu’il faut tout de suite vous lancer dans l’isolation de votre toiture !

Avant toute chose, il est indispensable de faire un bilan thermique de votre logement. C’est ce qu’on appelle l’audit énergétique, un diagnostic complet et réglementé de votre maison.

L’audit énergétique n’a rien à voir avec une simulation en ligne ou une visite gratuite. Il est effectué par un spécialiste thermique ayant bénéficié d’une formation spécifique, et il se fait à l’aide d’un logiciel spécial.

L’audit vous permet notamment de savoir où se font les pertes de chaleur de votre logement : toit, murs, fenêtres, planchers, etc. Mais il vous apporte aussi bien d’autres informations, notamment des propositions de travaux adaptées et personnalisées, avec le gain énergétique que vous permet chacun de ces scénarios.

Le compte-rendu d’audit et vos échanges avec le spécialiste thermique vous permettent donc de savoir par où commencer votre isolation et, plus globalement, votre projet de rénovation. L’audit contient aussi le détail des travaux, leur coût, et le plan de financement dont vous pouvez bénéficier.

Valorisation de votre maison
Faites votre audit énergétique avec isglö

Quel isolant choisir ?

Une fois que vous savez par où commencer vos travaux d’isolation, il convient de choisir le bon type d’isolant pour vous assurer la meilleure isolation possible. D’abord, il y a trois critères qui déterminent la qualité d’un isolant :

  • Sa conductivité thermique : c’est la capacité de l’isolant à conduire la chaleur
  • Sa résistance thermique : c’est sa capacité à isoler pour une certaine épaisseur
  • Son déphasage thermique : c’est le temps nécessaire pour que la chaleur traverse le matériau isolant

Le meilleur isolant dispose donc d’une conductivité thermique faible, d’une résistance thermique élevée et d'un déphasage thermique important. Ensuite, il faut savoir qu’on distingue trois grands types d’isolants :

  • Les isolants synthétiques
  • Les isolants minéraux
  • Les isolants naturels

Comme son nom l’indique, un isolant synthétique est fabriqué à partir de composés chimiques. Parmi ce type d’isolants, on trouve notamment le polyuréthane ou différents polystyrènes. Le plus souvent, les isolants synthétiques se trouvent sous forme de panneaux.

Le principal avantage des isolants synthétiques est économique. Ils ne sont pas très chers et ils ont une longue durée de vie. Cependant, un isolant synthétique contient des polluants. Il n’est pas recyclable ni écologique. Par ailleurs, les isolants synthétiques ont un mauvais déphasage.

Les isolants minéraux, eux, contiennent moins de produits chimiques. Ils proviennent de matières naturelles que l’on transforme pour en faire des isolants, par exemple du sable. Parmi les isolants minéraux, on compte notamment la laine de verre ou la laine de roche.

Ce sont les isolants minéraux que l’on utilise le plus en France. Ils peuvent se présenter sous différentes formes : panneaux, rouleaux, vrac, etc. Ils ont l’avantage d’avoir un bon rapport qualité/prix et de s’adapter à de nombreux types de travaux, mais restent difficiles à recycler.

Pour une solution écologique, vous pouvez donc opter pour des isolants naturels. Il s’agit de matières d’origine animale ou végétale, qui proviennent donc de la nature, comme le liège, le lin, le chanvre, la laine de mouton, etc.

On trouve des isolants naturels en rouleau, en panneau isolant ou en vrac, ce qui permet de les utiliser pour tous les types de travaux d’isolation (murs, toit, plancher…). Leur seul inconvénient ? Leur prix est généralement un peu plus élevé que les isolants synthétiques ou minéraux.

Image
Quel isolant choisir

Combien coûte l’isolation d’une maison ?

Le prix de l’isolation thermique d’une maison prend en compte plusieurs facteurs :

  • La partie du logement à isoler (toit, murs, etc.)
  • La surface à isoler en m²
  • Le type d’isolation choisi (ITE, ITI…)
  • Le type d’isolant sélectionné et son conditionnement (panneaux, rouleaux…)
  • Le coût de la main d’œuvre de l’entreprise choisie

Par conséquent, il est très difficile de budgétiser le coût d’une isolation, qui est propre à la nature de votre propre projet. Voici un tableau indicatif des prix moyens au m² de plusieurs isolants pour une résistance thermique de 5 m².k/W :

Matériau isolantPrix moyen au m² pour R = 5
Laine de rocheDe 8 à 25 €
Laine de verreDe 5 à 15 €
Laine de linDe 20 à 30 €
Laine de chanvreDe 6 à 12 €
Laine de moutonDe 15 à 30 €
Fibre de boisDe 35 à 50 €
Polystyrène expanséDe 10 à 20 €
Polystyrène extrudéDe 25 à 35 €
PolyuréthaneDe 25 à 35 €

Au prix de l’isolant il faut ajouter celui de la main d’œuvre et prendre en compte le temps nécessaire pour isoler les différentes parties d’une maison. Voici un tableau du prix indicatif de votre isolation en fonction de la partie du logement concernée :

Isolation des murs par l’extérieurDe 110 à 180 € par m² pour une isolation enduit
De 140 à 230 € par m² pour une isolation sous bardage
Isolation des murs par l’intérieurDe 50 à 90 € par m²
Isolation de combles aménageablesDe 50 à 90 € par m² pour une isolation par l’intérieur
De 90 à 250 € par m² pour une isolation par l’extérieur
Isolation de combles perdusDe 25 à 60 € par m²
Isolation du solDe 35 à 50 € par m²

Quelles sont les aides pour financer l’isolation ?

Refaire l’isolation d’une maison est une opération coûteuse, mais amortie sur le long-terme tant elle fait baisser le montant de vos factures d’énergie. Par ailleurs, il est possible de bénéficier d’aides pour aider à financer vos travaux d’isolation.

Tous les ménages, quel que soit leur niveau de revenus, ont droit à des aides de l’État. Certaines collectivités locales (département, communautés de communes, etc.) proposent aussi des aides complémentaires. Enfin, vous pouvez bénéficier du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE), aussi connu sous le nom de prime énergie.

Pour financer votre isolation, vous avez ainsi droit aux différentes aides suivantes :

  • MaPrimeRénov’ : cette aide de l’État couvre notamment les différents travaux d’isolation. Tous les propriétaires, occupants comme bailleurs, peuvent en bénéficier. Le montant de l’aide dépend des revenus du demandeur.
  • Les CEE : isglö peut vous faire bénéficier d’une prime énergie pour financer vos travaux d’isolation, cumulable avec MaPrimeRénov’.
  • Les aides locales : en fonction de votre lieu de résidence, vous pouvez bénéficier d’aides des collectivités locales (région, département…), cumulables avec les aides de l’État et les CEE.
  • La TVA à taux réduit : les travaux d’isolation bénéficient d’une TVA réduite à 5,5% au lieu de 20%, qui s’applique sur votre facture.
  • L’éco-prêt à taux zéro : il s’agit d’un prêt dont les intérêts sont financés par l’État, de sorte que vous ne remboursez que la somme empruntée.

Contactez l’un de nos conseillers pour en savoir plus sur votre éligibilité à ces aides financières. isglö se charge de toutes vos démarches d’aides et vous avance leur montant !

Auteur Ariane Dumont

À propos de l’auteur

Ariane Dumont

Ariane est responsable des contenus chez isglö. Elle manage notre équipe de rédaction et veille à la qualité de nos articles. Diplômée d'un master Information-Communication, elle a notamment travaillé pendant 2 ans pour des sites dédiés à l'énergie, ce qui l'a sensibilisée aux enjeux énergétiques (consommation, énergies renouvelables, etc.).

Lire ses articles

0 800 700 700

Service & appel     
gratuits

Articles similaires

Coup de pouce rénovation globale

Coup de pouce rénovation globale

Le Coup de Pouce Rénovation Globale est une aide du dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). Elle offre des avantages financiers pour soutenir les consommateurs dans la rénovation globale de leur habitation.

Coup de pouce chauffage

Prime Coup de Pouce Chauffage

Le Coup de pouce chauffage est une aide financière lancée par le Ministère de la Transition Écologique dans le cadre du dispositif des Certificats d’Économies d’Energie (CEE). Elle permet de financer des travaux répondant aux fiches d’opérations standardisées CEE en vigueur.

l'éco prêt à taux zéro pour vos travaux de rénovation énergétique

L’éco-PTZ finance vos travaux de rénovation énergétique en 2024

L’éco-PTZ ou l’éco-prêt à taux zéro est une aide financière prise en charge par l’État pour vous soutenir dans vos projets d’amélioration énergétique.

Certificats économies énergie

Tout savoir sur les certificats d’économies d’énergie (CEE)

Les CEE, ou certificats d’économies d’énergie, sont une aide versée par les fournisseurs d’énergie aux particuliers pour aider à financer la rénovation de leur logement.

TVA 5,5 %

La TVA à 5,5 % : un taux réduit pour vos projets de rénovation

Afin de vous accompagner au mieux dans vos projets de rénovation énergétique, l’État a mis en place un taux réduit de TVA à 5,5% au lieu des 20% habituels.

maprimerenov

MaPrimeRénov’ : barème, démarches et montants 2024

MaPrimeRénov' est un des principal dispositif du gouvernement pour financer vos travaux de rénovation énergétique. Depuis janvier 2024, 2 parcours existent : MaPrimeRénov’ décarbonation qui cible la décarbonation des systèmes de chauffage et le parcours accompagné qui vise les rénovations d’ampleur.